Rédigé par : Leo

Réveil nocturne : tout savoir sur ce trouble du sommeil 

Les chiffres sont sans appel : 73 % des Français se réveillent une fois ou plus chaque nuit. Pire encore, une personne sur trois déclare souffrir de troubles du sommeil. À ce stade, la situation semble assez préoccupante…

Pour sortir de cette spirale infernale, impliquant le manque de sommeil, il faut prendre le taureau par les cornes ! Mais avant toute chose, explorons de fond en comble ce sujet. Qu’est-ce qu’un réveil nocturne ? Quelles sont ses raisons ? Que faire en cas d’insomnie persistante ? Les réponses à ces questions sont décryptées dans la suite de cet article. 

Réveil nocturne : adulte et enfant

Les réveils nocturnes chez l’adulte

La majorité des gens connaissent les conséquences dommageables d’un réveil nocturne. Elles touchent toutes les catégories de dormeurs, sans distinction d’âge et de sexe.

Une nuit complète se divise en plusieurs cycles de sommeil d’une durée d’environ 90 minutes. Au début de la première phase, le dormeur commence à bâiller, ses paupières se ferment lentement… Il entre ainsi dans ce que l’on appelle le sommeil lent léger qui le dirige ensuite vers un sommeil profond puis le sommeil paradoxal. 

reveil nocturne adulte

S’agissant d’un réveil nocturne adulte fréquent, le cycle comprenant ces 3 types de sommeil a tendance à s’interrompre brusquement. Ce qui cause, chez le concerné, fatigue, baisse de la vigilance ou encore troubles anxieux. En cas de réveil nocturne, il est évident que la journée que vous allez passer va vous paraître plus longue, et c’est un problème. 

Le réveil nocturne peut être passager, car il est souvent lié à de mauvaises habitudes ou au stress. D’autres motifs personnels tels qu’une séparation, un traumatisme, un deuil ou une maladie grave peuvent également en être la cause. 

Si ces réveils nocturnes persistent dans le temps, s’attaquer à la racine du problème s’impose comme une évidence ! De plus, consulter un médecin ou un expert du sommeil peut être une bonne solution. Un bon matelas ainsi qu’un oreiller de qualité favorisera votre sommeil.

Les réveils nocturnes chez l’enfant

Les tout-petits sont aussi victimes du réveil nocturne bébé ! Entre 0 et 2 ans, les enfants peuvent se réveiller trois à quatre fois par nuit, ce qui n’a rien d’anormal. La plupart d’entre eux se rendorment après un « petit instant de consolation » ou la consommation d’un biberon bien dosé.

D’autres, plus persévérants, recommenceront à pleurer, appeler leurs parents ou tenter même de quitter le berceau.

 Les nuits sont éprouvantes, en effet. Mais ici, la bonne nouvelle est que votre enfant aime aller au bout des choses ! 

reveil nocturne enfant

Lorsqu’un enfant peine à se rendormir par lui-même, cela peut être dû à :

  • Une dent qui perce : l’arrivée d’une dent de lait s’accompagne bien souvent de douleurs vives, extrêmement désagréables ;
  • Une infection bénigne : un rhume, une otite ou une pneumopathie par exemple ;
  • Un cauchemar : l’effroi engendré par ce mauvais rêve va l’empêcher de se rendormir paisiblement ;
  • Une phobie : la peur du noir, d’un monstre tapi dans l’obscurité ou de l’inconnu peut nuire à son sommeil ;
  • Un changement survenu dans sa vie : l’arrivée d’un frère, d’une sœur, d’un déménagement récent, la récente séparation de ses parents… etc.

Réveil nocturne : les raisons

Hormis la tristement célèbre lumière bleue, plusieurs causes sont à l’origine des réveils en pleine nuit. Parmi les plus récurrentes, on retrouve :

Le stress

Qui n’a jamais passé une nuit blanche ou presque à cause d’une préoccupation quelconque ? Eh oui, stress et réflexions poussées à l’extrême ne font pas bon ménage, surtout avant l’heure du coucher

Chaque jour et parfois chaque nuit, l’ensemble de nos connexions neuronales sont à pied d’œuvre.

Hélas, nous vivons sous une ère assez particulière ; la surcharge de travail et le respect des deadlines font loi ! À cela s’ajoutent des problèmes d’ordre personnel (instabilité amoureuse, difficultés familiales…). La nuit tombée n’empêche pas le cerveau de ressasser ces évènements, ce qui, logiquement, provoquera ces fameux troubles du sommeil.

Les raisons d’ordre biologique

Chez la femme ménopausée par exemple, la survenue de bouffées de chaleur dégrade énormément la qualité de son sommeil. Suite à l’inconfort subi, celle-ci aura parfois à se réveiller plusieurs fois dans la nuit.

D’un autre côté, de nombreux hommes âgés coupent leur sommeil à cause de l’envie d’uriner. Dans la majorité des cas, cette incontinence provient d’une prostate défaillante et fragile. Comme pour les femmes, le rythme de sommeil peut être fortement perturbé.

Hormis les difficultés liées au sexe, il y a également le reflux gastro-œsophagien pouvant causer de lourds dégâts. La remontée pernicieuse des sucs gastriques provoque de nombreuses irritations du tube digestif. Cette ascension induit une quinte de toux qui va, là aussi, briser le cycle de sommeil.

L’apnée du sommeil

Le syndrome de l’apnée du sommeil a des conséquences dévastatrices ! Dès le réveil, le dormeur est épuisé, fatigué, agité. Tout au long de la journée, les invitations à la somnolence ne lui laissent aucun répit. 

Vous avez constaté en vous-même la récurrence de ces symptômes récemment ? Mieux vaut donc consulter un professionnel de santé ou un spécialiste du sommeil.

Une mauvaise hygiène de vie

Votre manière de vivre influence énormément la qualité de vos nuits. N’espérez pas dormir paisiblement après avoir englouti un énorme hamburger accompagné d’un litre de boisson gazeuse ! Avec une telle alimentation, votre foie doit achever la transformation des aliments ingérés. De ce fait, il travaillera… Essayer de dormir avec un foie au travail est une mission presque impossible. 

Par ailleurs, si vous êtes une personne sédentaire, il s’avère plus que temps d’améliorer votre hygiène de vie. Bien entendu, les travailleurs de nuit sont également concernés.

En somme, le réveil nocturne découle de plusieurs raisons d’ordre physiologique et social. Sa survenue empêche de retrouver la forme, de rester performant ou d’être de bonne humeur, tout simplement. Heureusement, chaque problème à sa solution.

Dans les lignes qui suivent, nous partageons des idées pertinentes à ce sujet. Inspirez-vous-en, vous n’avez rien à perdre, au contraire, tout à gagner !

Réveil nocturne : nos conseils

Un déficit de sommeil prolongé peut entraîner de graves conséquences sur la santé physique : surpoids, maladies cardiovasculaires, troubles métaboliques, diabète, dépression… Afin d’éviter ces maladies, voici quelques conseils utiles qui vous garderont loin des réveils nocturnes :

Recadrer son rythme de vie

Nos nuits comprennent entre 3 et 6 cycles de sommeil d’une durée variable (de 60 à 120 minutes). Dès les premiers signes de fatigue, n’attendez pas, allez au lit !

En dormant chaque jour à des heures bien définies, vous maintenez votre rythme circadien à un niveau stable.

Se séparer de son smartphone 

Une étude récemment menée montre que près de 41 % de Français allumaient leur Smartphone au beau milieu de la nuit. Pire encore, 7 % d’entre eux répondent aux messages. Sans surprises, ces mauvaises habitudes ont un lourd impact sur la sécrétion de mélatonine.

Par conséquent, n’hésitez pas à activer le mode sombre sur votre smartphone le soir. Toutefois, éteindre son smartphone et préserver ses yeux de la lumière bleue reste la meilleure décision à prendre. 

Être actif au quotidien

Vous avez sûrement lu cette phrase quelque part : « Bouger pour votre santé ». En effet, l’activité physique génère une fatigue saine qui favorise l’endormissement. Votre sommeil sera ainsi plus profond, plus calme et plus réparateur. Néanmoins, pour les plus sportifs, il est préférable d’effectuer leur entraînement au moins une heure avant le coucher. Ceci évitera à leur corps d’être encore excité une fois allongé. 

Dormir dans le noir

La lumière peut grandement nuire à la qualité de votre sommeil ! Selon une étude menée en 2019, la nuit, la lumière, même en petite quantité, renforcerait l’Insomnie. Alors, pourquoi ne pas supprimer toutes les sources lumineuses de votre chambre à coucher ?
Fermez les stores, coupez votre smartphone, et faites le vide. Vous en tirerez certainement des bénéfices sur le court, moyen et long terme.

Privilégier l’éclairage naturel

L’éclairage artificiel envoie de mauvais signaux à l’organisme. À force d’y être exposé, ce dernier a à la longue plus de mal à distinguer le jour du soir ! Résultat, les nuits sont de plus en plus agitées. 

Notre conseil : s’exposer régulièrement au soleil, ouvrir grand les fenêtres ou encore faire des balades en plein air. Toutes ces astuces permettent de contrer le dérèglement biologique du corps humain.

Améliorer la composition de ses repas

En mangeant des plats copieux, épicés et protéinés en soirée, vous provoquez une digestion lourde. À l’inverse, un dîner trop léger peut entraîner une faim tardive. La solution ? Trouver le juste milieu. Pour cela, favorisez toujours les produits frais et sains le soir : salades, légumes, légumineuses… etc.

Limiter les médicaments

Environ 33 % de la population française a déjà eu à consulter un expert des troubles du sommeil. Dans les prescriptions de ces derniers, on retrouve notamment les fameux hypnotiques et somnifères

Cependant, soulignons que la voie médicamenteuse n’est pas toujours la bonne réponse à ce problème ! Ici, un spécialiste de la santé naturelle (naturopathie) peut constituer une alternative à la médecine traditionnelle. Le Naturopathe saura vous proposer une méthode douce visant à faire disparaître vos réveils nocturnes, et ce, sans effets secondaires. 

Se relaxer

Le rythme métro-boulot-dodo génère un stress important, nous le savons. Entre les rendez-vous à honorer, les enfants à déposer, les projets à achever, il reste peu de temps pour soi. Néanmoins, prenez toujours quelques minutes pour souffler et relâcher la pression grâce à une méthode de relaxation qui vous correspond. 

Réveil nocturne : astuces pour se rendormir facilement

Se lever brièvement

En cas de réveil inopiné au beau milieu de la nuit, il est recommandé de se lever quelques minutes. Car votre lit demeure réservé au sommeil, pas à l’éveil. Alors, rien ne vous empêche de faire le tour de la maison très lentement, et à pas silencieux. Dès que la fatigue refait surface, revenez vous coucher afin de vous endormir en toute quiétude.

Laisser les lumières éteintes

Lorsque vous serez debout, vous aurez le réflexe d’allumer la lumière de la chambre ou du salon. Erreur ! En faisant cela, vous envoyez un signal fort à votre cerveau : « la nuit est terminée, commençons la journée ». 

Boire une boisson chaude

Parfois, une petite tasse suffit pour se réchauffer et provoquer le refroidissement de l’organisme. 

Privilégiez les tisanes de lavande ou de camomille ; elles regorgent de mille vertus apaisantes. Attention toutefois à ne pas boire avec excès ou à déguster des boissons diurétiques. Celles-ci risquent de vous donner envie d’uriner dans la nuit, et donc, de vous forcer à vous relever. 

Porter des chaussettes s’il fait froid

Beaucoup de gens ne le savent pas, mais l’endormissement dépend aussi de la température qu’affichent les extrémités du corps. En portant des chaussettes, vous réchauffez rapidement vos pieds, envoyant un message positif à votre cerveau. Vous êtes fin prêt à retourner dans le monde fascinant des rêves.

Se relaxer

Si le stress vient perturber le sommeil, quelques étirements ou quelques exercices de respiration seront les bienvenus pour trouver le sommeil plus facilement. 

Très simples à effectuer, ils aident à faire retomber la pression et à se détacher des choses secondaires. 

Ces exercices de relaxation sont sans nul doute un apaisement pour votre corps et pour votre esprit. 

FAQ — Réveil nocturne

Pourquoi je me réveille à 3 heures du matin ?

Chaque nuit, vous êtes confronté à un ou plusieurs réveil nocturne ? Si oui, votre corps essaye peut-être de vous dire quelque chose…

Avant de dramatiser la situation, tentons d’en déceler les causes. 

Voici donc les principales raisons des réveils nocturnes : 

  • Une mauvaise respiration : durant le sommeil, la fonction respiratoire assure une oxygénation à l’ensemble du corps. Un réveil nocturne à 3 heures peut indiquer la présence d’une mauvaise respiration ou d’un stress trop important. 
  • L’âge : la plupart des personnes âgées se réveillent plusieurs fois dans la nuit. Ces micro-réveils sont généralement causés par une mauvaise qualité respiratoire ou des reflux gastriques fréquents chez le concerné. Par ailleurs, les personnes âgées dorment entre 5 et 7 h par nuit contre 7 à 12 h chez les adultes et les enfants. Ce qui, de surcroît et en partie, explique la fragilité du sommeil de nos aînés. 
  • Les médicaments : Certains d’entre eux empêchent d’atteindre un sommeil profond, ou en d’autres termes, un (vrai) sommeil réparateur. N’oubliez pas de bien lire en amont la notice des médicaments censés vous aider à dormir ou non. Vous éviterez ainsi les mauvaises surprises, la perte de temps et la perte d’énergie.
  • La consommation d’alcool : Les molécules de boissons alcoolisées restent dans le sang plusieurs heures après leur absorption. Si le relâchement des muscles provoqués par les effets de l’alcool aide certains à dormir rapidement… En termes plus précis, si l’alcool aide de rares personnes à partir plus vite dans un sommeil de qualité médiocre. C’est loin d’être le cas pour une grande majorité des gens. Le dormeur se verra bien souvent excité, d’humeur festive ou mélancolique une fois allongé sur son lit.

En plus de l’alcool, une alimentation trop grasse ou trop riche peut nuire à votre hygiène de sommeil. 

Quelles plantes pour éviter les réveils nocturnes ?

De nombreuses plantes naturelles sont réputées pour leur efficacité afin de vous aider à retrouver le sommeil. Certaines plantes peuvent être consommées au quotidien, d’autres, à en discuter avec votre médecin. Précisons également qu’elles peuvent être consommées sous différentes formes : infusions, gélules, comprimés. De ce fait, vous aurez le choix entre :

  • La passiflore : elle produit un double effet sur l’organisme. D’une part, le dormeur verra sa vitesse d’endormissement croître. D’autre part, cette plante agit comme un anxiolytique.
  • La valériane : il n’est pas rare de la croiser dans les boissons destinées aux insomniaques. Une fois consommés, ses actifs apaisent et réduisent considérablement les risques d’insomnie. 
  • L’escholtzia : booste la capacité d’endormissement et lutte contre les réveils nocturnes liés aux sursauts et aux cauchemars.
  • La mélisse : son odeur est similaire à celle de la citronnelle. Quant à ses effets, ils ciblent en particulier les troubles du sommeil. Bonne pioche ! 
  • Le tilleul : voici la tisane par excellence contre l’insomnie ! Après en avoir consommé, vous serez envahi par une agréable sensation d’apaisement. Cela peut jouer en votre faveur pour un endormissement rapide. 
  • La verveine odorante : réputée pour sa capacité à réduire le stress et l’anxiété, la verveine odorante pourra être consommée par voie orale ou olfactive.