Rédigé par : Lili Liu
Dernière mise à jour :

Le sommeil et la libido ont-ils une relation de cause à effet ?

Sommeil et libido sont deux caractéristiques intimement liées. Sans une bonne nuit de repos, difficile d’envisager une étreinte alors que l’envie d’être tranquille l’emporte. La libido – désir, en latin – désigne selon Spinoza l’appétit sensuel. Comment se mettre à table dès lors qu’une fatigue chronique et une baisse de libido prédominent ? De plus, si le syndrome de l’apnée du sommeil se rajoute par-dessus, faire chambre à part pend au nez du couple. Fort heureusement, il existe des solutions, décrites dans cet article, pour mieux comprendre les relations entre le sommeil et la libido.

Sommeil et libido : les effets sur l’homme et la femme

Sommeil et libido

En règle générale, la fatigue ne nous met pas dans de bonnes dispositions pour s’ébattre avec son partenaire. Néanmoins, une nuit de sommeil d’environ sept à huit heures procure un mieux-être général et une nouvelle libido. En effet, pendant que notre corps se repose, la régénération cellulaire et hormonale s’active. D’ailleurs, la testostérone, hormone mâle par excellence, s’avère très importante chez l’homme. Elle influe sur son cerveau, son énergie sexuelle et intervient sur le phénomène de l’érection. C’est pourquoi sommeil et libido détiennent une relation de cause à effet.

Un homme qui dort moins de six heures par nuit possède peu d’envie érotique, car le taux de testostérone tend vers le bas. De plus, le maintien érectile sera plus compliqué à cause de la fatigue. Par ailleurs, la hausse de cette hormone chez les sujets de plus de 50 ans favorise la qualité de leur répit. Le sommeil et la libido forment décidément une équipe inséparable !

De même, une étude publiée dans The Journal of Sexual Medicine démontre l’impact d’un mauvais repos sur l’activité sexuelle des femmes. Les chercheurs avancent qu’un ajout d’une heure de sommeil seulement fait croître le désir intime. À l’inverse, trop dormir coupe l’envie des ébats. En conclusion de la recherche, l’obtention d’une durée moyenne de répit participe au bon fonctionnement sexuel. Le sommeil et la libido peuvent revenir à un état normal si le premier est de qualité. En outre, les épisodes de vie féminine provoquent des écarts hormonaux, comme :

  1. L’ovulation et les menstruations ;
  2. La maternité ;
  3. La ménopause.

Les femmes qui ovulent et qui ont leurs règles détiennent une plus forte envie sexuelle grâce à une concentration d’œstrogènes. À l’inverse, les mères – dans les premiers mois d’un bébé – dorment peu et pensent moins au sexe. Enfin, il en est de même pour les femmes ménopausées, en raison d’une chute d’œstrogènes.

Risque d’apnée du sommeil en cas de manque de libido

apnée du sommeil

L’apnée du sommeil se caractérise par une trop grande fréquence de pauses dans la respiration d’un dormeur. Les arrêts se produisent au moins cinq fois pendant chaque heure de sommeil et leur durée s’élève de 10 à 30 secondes. L’individu, pour retrouver son rythme, réalise des « micro-réveils » dont il n’a pas conscience. Bien souvent, ce problème s’accompagne de ronflements et perturbe très fortement la qualité du repos.

Cette maladie est une conséquence d’un mauvais sommeil et d’une libido défectueuse. La personne souffrant de ces arrêts s’agite et peut réveiller son ou sa partenaire. Dans les deux cas, la fatigue induite provoque une diminution de l’activité sexuelle et l’aggraver si des reproches sont formulés par l’être aimé. Pour remédier à cela, un diagnostic fixé par un professionnel s’envisage. L’apnée du sommeil peut se vérifier, surtout si elle est couplée par les symptômes :

  • De somnolences la journée ;
  • De céphalées (maux de tête) et de problèmes de mémoire ;
  • De troubles sexuels et érectiles.

La médecine offre plusieurs méthodes curatives ou interventions. En premier lieu, la Pression positive continue (PPC) comporte la pose d’un masque à oxygène comprimé la nuit. Aussi, une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) peut être proposée. Elle consiste en un dispositif dentaire qui maintient les voies aériennes supérieures ouvertes. Enfin, si vous avez la cloison nasale déviée ou si votre palais est trop long et épais, le médecin déterminera le meilleur traitement chirurgical à effectuer. À terme, ces soins permettent de faire réapparaître le calme dans la chambre à coucher. Le sommeil et la libido pourront revenir comme à la première nuit d’amour !

FAQ – Sommeil et libido

Les troubles sexuels, de quoi s’agit-il ?

Les troubles de la libido peuvent être d’origine hormonale, psychologique ou psychosociale. La gent masculine et féminine est sujette à différents soucis, respectivement des douleurs vaginales, une absence de désir et des problèmes d’érection ou d’éjaculation précoce. Ces nouvelles difficultés au sein d’un couple peuvent engendrer des sentiments de peur, de rejet et de mésentente.

En ce qui concerne les troubles sexuels causés par des implications hormonales, la ménopause est souvent l’ennemie d’un bon désir. La baisse de la production d’œstrogènes entraîne couramment des sécheresses du vagin. De plus, les bouffées de chaleur, mêlées à des palpitations et à une fatigue générale, ont un lien avec un sommeil et à une libido défectueuse. Toutefois, chaque femme fonctionne différemment et peut conserver une bonne activité sexuelle, surtout si son partenaire l’attire et se montre disponible.

Chez les hommes, les problèmes érectiles sont difficiles à vivre, car un sentiment de honte peut rapidement advenir. L’importance de l’écoute et de la communication dans le couple est primordiale pour le guider dans cette épreuve. Ces déconvenues peuvent survenir si la qualité du répit se révèle médiocre ou mauvaise. Sommeil et libido sont ainsi malmenés. Les troubles sexuels se produisent lorsque le repos paradoxal s’amenuise. Cela est souvent dû au syndrome d’apnée du sommeil, vu ci-dessus. Pour améliorer ses nuits, son couple, puis son appétit sensuel, se faire accompagner par un professionnel est une bonne solution.

Quel est le rapport entre stress et libido ?

Face à la course à la performance et au « qu’en dira-t-on ? », l’ennemi d’une libido en pleine forme arrive à grands pas. En effet, le stress peut jouer de mauvais tours aux personnes qui en souffrent, surtout auprès des jeunes. Trop de questions et de doutes, mêlés à un manque de confiance en soi et en son partenaire, agissent négativement sur le désir sexuel. Les situations anxieuses font grimper en flèche le cortisol, l’hormone du stress. À côté de cela, l’adrénaline provoquée par ce remue-méninge soucieux développe une apparente forme de tension. Loin d’être l’idéale, dès lors que ces moments de tendresse naissent d’un certain lâcher-prise.

Plusieurs facteurs peuvent créer de la nervosité dans un rapport amoureux. Sommeil et libido forment un bon tandem si le premier est de qualité. Or, le stress perturbe les nuits et donc le désir. Pour en venir à bout, identifiez les causes de vos anxiétés et essayez de les résoudre. Si, par exemple, vous craignez les maladies sexuellement transmissibles, protégez-vous systématiquement. Le docteur Réjean Thomas, fondateur d’une clinique de santé sexuelle à Montréal, préconise l’usage d’un préservatif unique à chaque rapport et de dépistages en cas de partenaires multiples. Vous pourrez ainsi vivre votre sexualité de façon plus apaisée !

Donnez votre avis post
Photo of author

A propos de l'auteur Lili Liu

Rédactrice spécialisée dans la literie et le sommeil depuis des années, je teste et compare pour vous les meilleurs matelas et accessoires de literie. J'ai plaisir à partager avec vous mes découvertes, avis et bon plans.

🔥Eté EMMA : jusqu'à -50% sur la literie🔥

00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite