Rédigé par : Lili Liu
Dernière mise à jour :

Manque de sommeil et cancer : Quels sont les risques ?

Le manque de sommeil et le cancer sont-ils liés ? À l’heure actuelle, les experts sont tombés d’accord. Les dysfonctionnements du sommeil, dont l’insomnie est en tête, ont bel et bien une relation avec l’augmentation des cas de cancer. Les Français dorment de moins en moins et accentuent leur dette de sommeil. Les modalités et les temps de travail sont en cause, de même que l’afflux des loisirs et l’addiction aux écrans. Ainsi, manque de sommeil, trouble neurologique, apparition de maladies sont autant de maux à ne pas prendre à la légère. Explications.

Manque de sommeil et cancer : un risque réel pour la santé

Manque de sommeil et cancer

À l’occasion d’un Congrès du Sommeil, le professeur et médecin Damien Léger, a annoncé qu’en moyenne, les adultes dorment six heures et 42 minutes par 24 heures en 2017. Cette information, tirée d’une enquête du Baromètre de Santé publique France, précise même qu’un tiers des Français ne passent pas la barre des six heures par nuit. Pourtant, manque de sommeil et cancer sont deux phénomènes désormais liés et constitue une préoccupation de santé publique.

1) Dormir peu et travail de nuit

En effet, les études épidémiologiques démontrent qu’un temps de repos moindre augmente les risques de multimorbidité. Il est question de cancers, d’obésité, de problèmes cardiaques et de diabète de type 2. De plus, la fatigue accentue le sentiment d’impatience et met à mal les relations familiales et professionnelles, provoquant des accidents en tout genre.

Pourquoi dormons-nous moins que nos ancêtres ? Une des causes majeures reconnues est l’emploi nocturne. De fait, les agents de nuit français étaient 3,3 millions en 1990, puis 4,3 millions en 2013. Ces personnes ayant des horaires décalés sont plus sujettes au manque de sommeil et au cancer. Leur horloge biologique est ainsi désynchronisée et entraîne l’accumulation de problèmes de repos. Cette fatigue générale, pouvant devenir chronique, ouvre le champ d’une multitude de maladies.

Un rapport publié par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) établit les risques accrus de cancer du sein pour les femmes. À titre d’exemple, il a été démontré que cette pathologie touchait les hôtesses de l’air et les infirmières œuvrant de nuit avec des horaires décalés. Pour les employés masculins, les cancers du côlon et de la prostate s’avèrent les plus fréquents.

C’est pourquoi le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les métiers nocturnes comme cancérogène probable. Il affecte le rythme circadien des salariés et dérègle la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil. La chimie interne ainsi chamboulée, les problèmes de sommeil envahissent les travailleurs de nuit et sont un facteur augmentant, à terme, leur taux de mortalité.

2) Insomnie et cancer

Nous savons désormais que l’abondance de loisirs et de divertissements nous maintient éveillés plus longtemps. En outre, le moment passé sur les écrans de téléphone ou d’ordinateur portable ne favorise pas l’endormissement. La projection de lumière bleue perturbe la production de la mélatonine et entraîne une excitation cognitive, atténuant l’envie de se mettre au lit. De plus, le bruit lié à notre environnement nocturne est une des causes qui malmène notre repos. Les habitants de grande ville peuvent être soumis aux sons des véhicules motorisés (avions, voitures et deux-roues) ou au tapage provenant d’établissements (terrasses, bars, salles de concert).

Ce sont autant de facteurs qui augmentent le risque du manque de sommeil et de cancer. La docteur Sonia Ancoli-Israël, certifiée en sleep medicine à l’University of Californie, annonce que 30 à 75 % des patients diagnostiqués ou soignés pour un cancer détiennent des troubles nocturnes. La fatigue ressort comme plainte majeure de cette population. Cependant, elle s’accentue lorsqu’une chimiothérapie est enclenchée. En effet, l’étude étasunienne démontre que la sensation d’épuisement s’accroît au fur et à mesure de la durée et de la complétion des sessions de chimio.

Les traitements médicamenteux perturbent très fortement la chimie interne du patient. Les cellules cancéreuses sont littéralement détruites et peuvent altérer les cellules saines. Le corps souffre et entraîne donc de la fatigue. De plus, les cas d’anxiété ou de stress sont amplifiés, car ils sont rattachés à la peur du malade. D’autres symptômes peuvent encore apparaître, accentuant les problèmes liés au manque de sommeil et au cancer. Nous pouvons citer :

  • Les nausées ou les vomissements ;
  • La dysenterie ou la constipation ;
  • Les bouffées de chaleur ou les sueurs nocturnes.

Ces difficultés forment un cercle vicieux et durent le temps du traitement. Toutefois, les oncologues, spécialistes des cancers, mettent de l’espoir dans la chronothérapie.

En résumé, notre corps fonctionne via le cycle des 24 heures et il est bien plus performant lors des heures diurnes. Cela se ressent au niveau des cellules nichées au cœur de tous les organes. Elles peuvent être plus réceptives aux médicaments à leurs molécules thérapeutiques. C’est pourquoi les experts se focalisent sur l’analyse des fenêtres temporelles idéales de leurs patients. Elles sont toutes différentes, car liées au sexe et aux caractéristiques génétiques. Cependant, la chronothérapie peut permettre de réduire les effets secondaires précités et améliorer le manque de sommeil dû au cancer.

La fatigue en cas de cancer : un épuisement chronique

Manque de sommeil et cancer

1) Ses spécificités

La fatigue causée par un cancer développe un nombre considérable de désagréments. L’épuisement en cours peut mener à une faiblesse générale, appelée asthénie. Si celle-ci s’accompagne d’un sentiment dépressif, le patient souffre alors de neurasthénie.

Cela entraîne de grandes difficultés à se mouvoir pour n’importe quelle action quotidienne. Même marcher occasionne une lassitude insurmontable. Des problèmes de concentration et d’irritabilité dégradent souvent les relations avec les proches. Les insomnies sont fréquentes, faisant que le manque de sommeil et le cancer éventuel accentuent tous les symptômes. Si des signaux s’accumulent, la consultation auprès d’un médecin s’impose pour dissiper les doutes et poser un diagnostic.

2) Ses causes

Pourquoi les patients atteints de cancer développent ils plus de fatigue ? Lorsqu’une personne apprend qu’elle souffre de ce mal, l’angoisse le submerge dans pratiquement tous les cas. En effet, l’avenir se retrouve compromis et la peur s’installe, aussi bien pour soi que pour ses proches. De plus, le stress causé par la prise en charge de la maladie n’aide pas à regagner une forme de sérénité. Il faut se déplacer, voire être hospitalisé pour être soigné. Les rendez-vous de suivi et l’appréhension des résultats sont autant de facteurs générant des inquiétudes.

Manque de sommeil et cancer sont étroitement liés si le patient débute une chimiothérapie. La douleur provoquée par celle-ci peut l’amener à se réveiller les nuits et perturber son repos récupérateur. Les effets secondaires peuvent être plus importants que d’autres selon la zone à traiter et le type de chimiothérapie employée (médicamenteuse ou intraveineuse).

3) Sa prise en charge

Pour pallier les problèmes d’usure des patients atteints de cancer, de nombreux spécialistes peuvent intervenir. Il faut déterminer l’amplitude des difficultés causées par la fatigue puis choisir le bon praticien. Le bénéficiaire pourra être dirigé vers les meilleures méthodes thérapeutiques pour mieux appréhender le manque de sommeil et le cancer :

  1. La diététique permet de conserver un poids stable et réapprend le plaisir de la nourriture.
  2. La kinésithérapie dispense la rééducation des membres pour retrouver une meilleure mobilité de leurs mouvements.
  3. Les sessions de psychomotricité agissent sur les problèmes moteurs. Par exemple, les perceptions sensorielles peuvent être touchées par la maladie. Le professionnel peut prodiguer des entretiens de relaxation ou accompagner le patient dans des activités manuelles.

Après un retour d’hospitalisation, il est tout à fait possible de faire une demande de soins et d’aide à domicile. Ces secours améliorent la qualité de vie des patients qui perdent rapidement en autonomie, surtout s’ils n’ont pas de proches aidants. Ils peuvent être épaulés dans les tâches quotidiennes que représentent la préparation des repas, le ménage ou la toilette.

Pour favoriser un sentiment de sécurité, recourir à des équipements pour aménager son lieu de résidence se révèle efficace. Faire installer une douche à l’italienne avec un siège ou encore munir ses fenêtres de volets roulants sont de bonnes solutions pour gagner en confort. En outre, augmenter la puissance des éclairages et revêtir ses sols d’un système antidérapant s’avèrent utile pour prévenir les risques de chute.

Ces méthodes permettent de mieux appréhender le nouveau quotidien des personnes souffrant d’un manque de sommeil et d’un cancer. Grâce à l’association d’une équipe de soignants et d’une organisation optimale de son chez-soi, le repos détient de meilleures chances d’être plus efficace.

FAQ – Manque de sommeil et cancer

Comment gérer la fatigue en cas de cancer ?

Difficile de maîtriser ses faiblesses chroniques dues à un cancer et de conserver un moral au beau fixe. Cependant, pour lutter contre les sentiments d’accablements, quelques remaniements généraux peuvent vous faciliter le quotidien.

Garder une activité professionnelle permet de maintenir les liens sociaux avec ses collègues et contribue à l’équilibre d’un rythme personnel. Compte tenu de la maladie et des effets secondaires qu’elle peut enclencher, un aménagement du temps et du poste de travail est à concevoir. Si la fatigue persiste, voire s’accentue malgré ces modifications, il faut alors accepter de réduire encore la charge d’exercice. La santé doit être une priorité.

Manque de sommeil et cancer peuvent rendre l’individu irritable et solitaire. Pourtant, l’aide fournie par les proches n’est pas à rejeter. Même s’il s’agit d’une épreuve personnelle, la famille et les amis communiquent leur soutien par la présence. Multiplier les retrouvailles, autour de repas par exemple, est un bon moyen pour lutter contre l’isolement. D’ailleurs, la maladie peut causer une perte d’appétit associée à une baisse pondérale. Il est important de veiller à bien se nourrir pour conserver un poids stable. Cela ne peut que faciliter la résistance face à la fatigue et au cancer.

Un sommeil de mauvaise qualité peut-il être une des causes du cancer du sein ?

Le cancer du sein est la tumeur la plus courante chez les femmes. De plus, manque de sommeil et cancer du sein sont des facteurs qui peuvent être liés. En effet, une étude menée par l’Université Laval au Québec démontre qu’une mauvaise qualité de repos augmente les risques de cette maladie.

Les données établissent la présence de 11 marqueurs inflammatoires situés dans les tissus mammaires d’un panel de 165 femmes. Les habitudes de sommeil de celles-ci ont été observées à la loupe. Il a été question de noter leurs facilités ou difficultés d’endormissement et de comptabiliser les heures de répit. En cas d’insomnies, les sujets ont déclaré la prise ou non de somnifères. Il s’avère que :

• Le niveau de trois des 11 traceurs (IL-6, IL-10, CRP) est aggravé chez les femmes dormant moins de sept heures et plus de 9 heures par nuit.
• Les gènes de deux marqueurs (IL-6 et COX92) se différencient par leur intensité auprès de la gent féminine sommeillant moins de sept heures et plus de 9 heures par nuit.
• Les participantes ménopausées constatant des insomnies de plus en plus fréquentes détiennent une forte concentration du signe CRP. De plus, la consommation de médicaments favorisant la léthargie élève l’inflammation des marqueurs TGF-β.

Le professeur Sue-Ling Chang signale que les résultats doivent être confirmés au moyen d’une cohorte plus importante. Toutefois, l’étude démontre que manque de sommeil et cancer du sein peuvent être liés.

Donnez votre avis post
Photo of author

A propos de l'auteur Lili Liu

Rédactrice spécialisée dans la literie et le sommeil depuis des années, je teste et compare pour vous les meilleurs matelas et accessoires de literie. J'ai plaisir à partager avec vous mes découvertes, avis et bon plans.

🔥Soldes d’été Emma jusqu’à -50% + 10% suppl. avec MATELAS10
00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite