Rédigé par : Lili Liu
Dernière mise à jour :

Ne pas dormir pendant 48h : les conséquences 

Enchaîner les nuits blanches n’est pas sans conséquence. Fatigue, somnolence diurne, baisse du système immunitaire… Ne pas dormir pendant 48h a des répercussions importantes sur la santé. Quels sont les effets du manque de sommeil ? Comment récupérer ? Et quels sont les besoins de sommeil par tranche d’âge ? Nous vous disons tout dans cet article. 

Ne pas dormir pendant 48h : les effets du manque de sommeil 

Une baisse du système immunitaire

Le rythme circadien joue un rôle important dans le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Quand notre horloge biologique est perturbée, les cellules immunitaires ne sont plus en mesure d’assurer pleinement leurs fonctions.

Ainsi, lorsque nous passons une nuit blanche, notre corps réagit comme s’il avait été exposé à un grand stress physique. Le taux de globules blancs dans le sang augmente, signe que notre système immunitaire est activé. Nous sommes alors plus sensibles à certaines maladies telles que le rhume. 

Un risque accru d’hypertension artérielle

Le manque de sommeil est susceptible d’être à l’origine de problèmes cardiaques. Ne pas dormir sur une période de 48h risque en effet d’entraîner de l’hypertension artérielle. C’est pourquoi il est essentiel de respecter son rythme circadien. 

Bien évidemment, vous ne risquez pas grand-chose s’il vous arrive de faire une nuit blanche une ou deux fois dans l’année. C’est quand les insomnies se répètent trop souvent qu’elles deviennent problématiques. Il est donc très important de consulter votre médecin si vous souffrez de troubles du sommeil chroniques. 

Une somnolence diurne

Une autre conséquence des nuits blanches à répétition est la somnolence diurne. Lorsque nous n’avons pas dormi durant la nuit, notre corps a besoin de récupérer pendant la journée et nous ressentons l’envie de dormir. 

Cette baisse de vigilance augmente le risque d’accident de voiture, diminue la capacité de concentration et ainsi l’efficacité au travail.

Des troubles cognitifs et de la mémoire

Ne pas dormir durant plusieurs nuits d’affilée entraîne également des troubles cognitifs. Le plus souvent, des troubles de la perception visuelle apparaissent, représentant un danger pour les conducteurs de voitures et de véhicules en général. Des perturbations de l’humeur, des problèmes de concentration, de confusion et de dissociation sont aussi courants. Le manque de sommeil affecte par ailleurs la mémoire en perturbant le fonctionnement de l’hippocampe, siège de la mémoire. 

Ne pas dormir pendant 72h : les effets du manque de sommeil 

Tenir 72h sans dormir est pratiquement impossible. Si vous deviez faire face à une privation de sommeil aussi importante, les répercussions sur votre santé seraient grandes.

Tout d’abord, il vous sera très difficile de rester concentré. Certaines tâches, a priori très simples, deviendraient difficilement réalisables, voire impossibles. Vos facultés de réflexion et d’attention seraient très perturbées. Ne pas dormir pendant 72h a de plus des effets négatifs sur la mémoire. Il devient compliqué de se souvenir de détails. 

Vous subirez également les conséquences physiques du manque de sommeil, car celui-ci affecterait votre système immunitaire. Vous seriez alors plus vulnérable aux maladies. 

Enchaîner trois nuits blanches de sommeil impacte aussi les émotions. La probabilité de souffrir de symptômes dépressifs, de stress, d’irritabilité, voire de paranoïa est importante.

Par ailleurs, une privation de sommeil de 72h est susceptible d’être à l’origine de troubles de la perception. Ils se traduisent par des hallucinations ou une interprétation déformée des événements. 

Enfin, bien que cela soit très peu probable, il n’est pas impossible de mourir à la suite d’un tel manque de sommeil. 

ne pas dormir 48h consequences

Ne pas dormir pendant 48h : comment faire pour récupérer ?

Il est tout d’abord essentiel de bien manger en prenant un petit-déjeuner consistant pour reprendre de l’énergie. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, faire une grasse matinée n’est pas une bonne idée, car cela perturbe encore plus le rythme circadien. 

Après être resté éveillé 48h, il est en outre primordial de s’exposer à la lumière du jour. Cela permet de rétablir le bon fonctionnement de l’horloge biologique. La lumière bloque en effet la production de mélatonine. Le soir, privilégiez une lumière douce et limitez les écrans dont la lumière bleue perturbe les cycles circadiens. L’obscurité entraîne la production de mélatonine et facilite ainsi l’endormissement.

De plus, il n’est pas conseillé de se coucher beaucoup plus tôt que d’habitude pour récupérer le sommeil en retard. Encore une fois, cela perturberait votre horloge biologique. Évitez de modifier vos habitudes. 

Enfin, certains petits gestes peuvent vous aider à récupérer, comme :

  • Lire un livre avant d’aller se coucher au lien de regarder la télévision ; 
  • Éviter l’alcool, le café et le thé ;
  • Manger équilibré en évitant les aliments trop riches en graisses, en protéines et en sucre le soir. 

Le nombre d’heures de sommeil recommandé par tranche d’âge  

Des études ont pu définir la durée de sommeil idéale par tranche d’âge. Il s’agit bien sûr de moyennes. Le besoin de sommeil est propre à chacun et varie en fonction des individus. Il est très important de respecter son horloge biologique et de se coucher quand on en ressent le besoin. 

C’est de 0 à 3 mois que le besoin de sommeil est le plus important. Les nourrissons dorment en moyenne de 14 à 17 heures sur 24 heures. Cette durée est nécessaire, car la maturation du cerveau chez les bébés se fait en grande partie pendant ses heures de sommeil. De plus, lorsque le nouveau-né dort, son corps sécrète les hormones indispensables à sa croissance. Toutefois, même chez les tout-petits, il existe des petits et des grands dormeurs sans que cela nuise à leur développement. 

La durée de sommeil diminue avec l’âge. Entre 4 mois et 2 ans, le bébé dort de 11 à 15 heures par nuit. De 3 à 5 ans, elle oscille de 10 à 13 heures par 24 heures. Entre 3 et 6 ans, les réveils nocturnes disparaissent et le sommeil est moins fragmenté. L’enfant dort essentiellement pendant la nuit. 

La durée optimale de sommeil pour les enfants de 9 à 13 ans est en moyenne de 9 à 11 heures par jour. Elle passe à 8-10 heures entre 14 et 17 ans. À l’âge adulte, c’est-à-dire de 18 à 64 ans, le besoin de sommeil passe à une moyenne de 7 à 9 heures par nuit.

Chez les séniors, la durée de sommeil ne varie pas beaucoup. Elle passe en effet à 7-8 heures par jour. En revanche, les besoins de sommeil sont souvent plus fragmentés. Les nuits sont un peu plus courtes et peuvent être compensées par une sieste sur la journée. 

FAQ – Ne pas dormir pendant 48h

Les principales conséquences du manque de sommeil sur la santé ?

Le manque de sommeil a de multiples répercussions sur la santé :  
• Altération des facultés cognitives : le manque de sommeil entraîne des troubles de la concentration, de la mémoire et de la coordination. Une étude démontre qu’il augmente le risque de développer des maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Chez les nourrissons, la privation de sommeil nuit à la croissance et aux facultés d’apprentissages ;
• Conséquences psychiques : la sérotonine et l’endorphine, aussi appelées « hormones du bonheur », sont sécrétées pendant que nous dormons. Être privé de sommeil peut alors provoquer du stress, de l’anxiété, des troubles de l’humeur et des émotions négatives. Elles peuvent aller jusqu’à la dépression si le manque de sommeil est chronique ;
• Risque de maladies cardiovasculaires : ne pas dormir suffisamment entraîne une augmentation de la tension artérielle qui peut engendrer des problèmes cardiaques ; 
Prise de poids : le manque de sommeil provoque un dérèglement hormonal qui entraîne une sensation de faim quasi permanente ;
• Baisse des défenses immunitaires : le rythme circadien influe sur de nombreuses cellules immunitaires. S’il est perturbé, le système immunitaire n’est pas en mesure d’assurer pleinement ses fonctions. On tombe alors plus facilement malade ;
• Altération de l’activité musculaire : le sommeil permet de relaxer les muscles et aux tissus musculaires de se régénérer. Chez les enfants, c’est aussi pendant le sommeil que les hormones de croissance sont sécrétées. 

Donnez votre avis post
Photo of author

A propos de l'auteur Lili Liu

Rédactrice spécialisée dans la literie et le sommeil depuis des années, je teste et compare pour vous les meilleurs matelas et accessoires de literie. J'ai plaisir à partager avec vous mes découvertes, avis et bon plans.

🔥Soldes d’été Emma jusqu’à -50% + 10% suppl. avec MATELAS10
00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite